La Rambla: un modèle urbain toujours d’actualité?

Depuis un peu plus d’un année, on observe une nette augmentation des attentats à la voiture bélier: une voiture, lancée à grande vitesse sur une foule, avec l’intention de faire le plus de victime possible. Le premier cas fut à Nice, sur la Promenade des Anglais, puis à Berlin, Londres, Stockholm, Paris et, ces derniers jours, Barcelone, où une camionnette a foncé sur la foule qui se promenait sur la Rambla.

683px-15-10-27-vista_des_de_l27estc3a0tua_de_colom_a_barcelona-wma_2791
(la Rambla de Barcelone – source image)

 

Ce dernier attentat m’a poussé à réfléchir.

(Avant de commencer, une précision. Ici j’examinerai les conséquences des faits de ces derniers jours uniquement du point de vue de l’architecture et de l’aménagement urbain, sans rentrer dans les questions politiques.) 

La Rambla de Barcelone était jusqu’à présent considéré comme un cas d’aménagement urbain particulièrement réussi: un espace en grande partie dédié aux piétons, avec le maintien de deux voies de circulations pour les voitures. Les voitures circulent à proximité des façades des immeubles, tandis que la partie centrale de la rue est une esplanade réservée aux piétons. Ce type d’aménagement comporte des nombreux conflits entre piétons et automobilistes:  pour aller de l’esplanade aux commerces situés au pied des édifices, il faut traverser les voies de circulation, et ce flux incessant de piétons qui traversent la route oblige les conducteurs à ralentir.

C’était un modèle qui, jusqu’à présent, semblait fonctionner: j’étais moi-même un fervent partisan de ce modèle, et à plusieurs reprises (notamment ici et ici) je l’ai recommandé comme modèle idéal d’aménagement urbain.

Microsoft PowerPoint - Getting to Complete Blocks.pptx
(source image)

Seul problème: pour que la Rambla puisse fonctionner, il faut qu’il y ait un pacte social bien respecté entre piétons et automobilistes:

  • Les piétons ont le droit de passer où ils préfèrent, mais ils doivent faire attention lors qu’ils traversent le flux des voitures
  • Les conducteurs ont le droit de traverser l’espace sur les voies ouvertes au trafic, mais ils doivent faire attention à ne pas mettre en danger les piétons.

Or, cela présume que le conducteur en question ne veuille pas faire du mal aux piétons présents sur la route, mais juste passer.

Si au contraire, le conducteur arrive sur place avec la ferme intention de faire du mal au plus de personnes possible, sur la Rambla il a une cible très facile: une foule bien compacte, juste à proximité des voies de circulation.

1024px-barcelona_la_rambla_-_2011-04-23_05_-_jtcurses
(source image)

On peut observer la même dynamique pour l’attentat de Berlin du décembre dernier. Un espace piéton à proximité d’un axe routier, et un concept de sécurité qui repose uniquement sur la confiance entre piétons et automobilistes.

1024px-20151115_berlin_bei_nacht_15-1
(la dynamique de l’attentat de Berlin – source image)

Dans une société où le pacte social est de moins en moins respecté, et où une partie de la population vit uniquement pour faire du mal aux autres, comment pouvons-nous dessiner des espaces publics capables de garantir la sécurité des personnes en cas d’attaque à la voiture-bélier?

1) Des espaces piétons de façade à façade.

Pour garantir la sécurité des piétons, il faut éliminer les solutions de compromis. On gardera l’accès voitures dans des rues moins fréquentés, et on réservera la rue principale uniquement aux piétons.

100d1197

2) Des entrées de petite taille

L’espace piéton devrait idéalement être entouré de bâtiments, et la transition entre l’espace ouvert aux voitures et l’espace piéton devrait pouvoir se faire par des rues latérales de petite taille.

1024px-st_ann27s_place2c_bath
(source image)

Si les rues d’accès à la zone piétonne sont trop larges, on pourrait le rétrécir en construisant au centre des petits bâtiments commerciaux.

100D2124

3) des bornes rétractables.

Le transit de véhicules dans une zone piétonne doit être réglementé, de manière à empêcher l’accès aux véhicules non autorisés. Et la zone piétonne doit être séparée des routes ouvertes à la circulation par le biais de bornes résistant au choc avec un véhicule.

Voila. Celles-ci sont des premières réflexions a chaud. Si vous avez des idées pour continuer la réflexion, n’hésitez pas à les poster.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s