Des écoquartiers à basse densité: 3 – des transports publics performants

J’entends dire de plus en plus souvent que la densité est nécessaire pour avoir des transports publics performants et que ,sans densification, les habitants continuerons forcement à utiliser leurs voitures. Dans les deux billets précédents , nous avons déjà vu comment créer un quartier à basse densité que soit riche de services de proximité et d’espaces publics intéressants. Allons donc construire le réseau de transports publics qui va avec.

Mercedes_Citaro_O530_TPG(source image

D’abord, définissons une fréquence de base, fréquence que nous tiendrons 7 jours sur 7, de 5h à 24h.

Pour les régions les moins denses et les moins développées on peut envisager une fréquence de 1 bus par heure; pour les régions plus denses on peut envisager une fréquence de 1 bus tous les 30, 20 ou 15 minutes (c’est très important que cette fréquence soit une fraction de 60: un bus tous les 20 ou 30 minutes est acceptable, un bus tous les 25 minutes non).

Nous nous retrouverons donc avec une fréquence de base facilement mémorisable: qu’on soit à midi ou à minuit, en semaine ou en weekend, on sait qu’il y aura toujours un bus à la même minute. On peut donc sortir 5-10 minutes avant l’arrivée du bus, et être sûr de le retrouver ponctuel à l’appel.

Dans cette phase, il faut résister à la tentation de supprimer les bus les moins rentables, comme ceux entre 9h et 11h en semaine, ou ceux du dimanche après-midi: la complication qui dérive d’un trou dans l’horaire détermine une perte d’attractivité pour les transports publics qui dépasse largement l’économie qu’on peut faire en supprimant une ou deux courses par jour.

1004px-4-Auge(source image

Une fois crées les fréquences de base, l’étape suivante est la création d’un pôle d’échange. On organisera les horaires des différentes lignes de manière à que tous les lignes arrivent au pôle au même moment, et repartent au même moment. On aura donc (prenons par exemple une fréquence de 1 bus par heure, centrée autour de la minute .00)  pas de bus dans le pôle jusqu’à la minute .53, puis toutes les arrivées concentrées entre la minute .53 et la minute .57. Tous les bus s’arrêteront pendant quelques instants pour permettre aux passagers de changer de véhicule, puis répartiront entre la minute .03 et la minute .06, et le pôle sera à nouveau vide jusqu’à la minute .53 de l’heure suivante.

1024px-20060716S537_631_633_632Un pôle d’échange (source image)

La trame de base ainsi créée est utile à satisfaire un besoin de base, mais offrira un confort très inégal le long de la journée: les courses aux heures de pointe seront très prisées, tandis que les courses aux heures creuses seront presque vides. On peut donc superposer à la trame précédemment créée une deuxième trame, plus dense et limitée aux heures de pointe. il n’est pas nécessaire que cette deuxième trame soit régulière: elle peut varier tranquillement selon l’évolution de la demande le long de la journée. Et s’il faut desservir des ponctuellement des endroits où la demande est très concentrée (écoles, usines, stades etc.) ce seront les bus de la deuxième trame à modifier leur parcours, jamais ceux de la première trame.

Pour augmenter encore la lisibilité du système, nous pourrons aussi donner deux nom différents aux deux trames horaires: le bus qui passe toutes les heures pourrait s’appeler ligne 1A, tandis que son renfort serait la ligne 1B

Comme résultat, on pourrait avoir une trame horaire comme celle-ci:

  • 5h:                  30
  • 6h:                  30 40
  • 7h:    00 20* 30 40
  • 8h:    00 20* 30 40
  • 9h:    00         30
  • 10h:                30
  • 11h:                30
  • 12h: 00 20    30 40
  • 13h: 00 20    30
  • 14h:                   30
  • 15h:                   30
  • 16h:               30 40
  • 17h: 00 20*  30 40
  • 18h: 00 20    30 40
  • 19h: 00*        30 
  • 20h:                30
  • 21h:                30
  • 22h:                30
  • 23h:                30
  • 0h:                  30

Les voyageurs occasionnels ont uniquement à se souvenir que à la minute .30 il y a toujours un bus de la ligne 1A (ils peuvent donc mémoriser les horaires de beaucoup de lignes sans trop d’effort), tandis que les pendulaires ont une offre de bus tous les 10 – 20 minutes en heures de pointe,grâce à la somme des fréquences des lignes 1A et 1B. Les étudiants peuvent utiliser les courses déviées de la ligne 1B, à 7h20, 8h20, 17h20 et 19h00.

Advertisements

2 réflexions sur “Des écoquartiers à basse densité: 3 – des transports publics performants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s