La délocalisation individuelle

Les commentaires sur mon billet précédent sur le Pueblo Mascarat à Altéa ont fait sortir un point intéressant. En Espagne, la plupart des nouvelles constructions en bord de mer sont destinées à des retraités ou des vacanciers de l’Europe du Nord (Suisse, Allemagne, Royaume-Uni), tandis que les Espagnols sont obligés à se loger loin de la côte pour trouver quelque chose d’abordable.

C’est la conséquence d’un phénomène que je suis en train d’observer dans mes recherches pour mon atelier sur la Vie Nomade, celui de la Délocalisation Individuelle.

Pour commencer, regardons la répartition de la population en Europe.

Population_density_Europe(source image)

On observe qu’il existe une région centrale très dense, l’Europe Rhénane, qui va de l’Italie du Nord à l’Angleterre, en passant par la Suisse, l’Allemagne, l’Est de la France et le Benelux. On peut la voir en détail dans la carte ci-dessous.

Carte_Europe_rhénane_5_nomenclature (source image)

C’est une région constituée de plusieurs villes de 100’000 à 1’000’000 d’habitants, distant environ 50-100 Km l’une de l’autre. Les transports entre les différentes villes sont très développés (autoroutes, chemin-de-fer) et permettent de passer très rapidement d’une ville à l’autre.

Les villes de l’Europe Rhénane partagent des caractéristiques qui les rendent très attractives pour tous ceux qui désirent avancer dans leur carrière professionnelle, notamment:

  • une concentration d’activités industrielles et tertiaires: des ports, des centres de production industrielle, des places financières, des universités de renom.
  • des infrastructures très efficientes, qui permettent d’aller facilement d’une ville à l’autre.
  • un taux de chômage très bas, et des salaires relativement hauts.

Ces villes partagent aussi une série d’inconvénients, qui les rendent très peu attractives pour ceux qui n’ont pas la réussite professionnelle comme objectif primaire:

  •  un coût de la vie plus haut de la moyenne, notamment dans le domaine du logement.
  • un climat relativement froid, avec des hivers neigeux et des étés courts et pluvieux
  •  un environnement très urbanisé et parfois pollué (notamment dans la plaine du Pô  et dans les bassins miniers du Nord de l’Allemagne)

À partir de cette considération, on peut envisager des scénarios de localisation personnalisés selon les objectifs professionnels de chacun.

  1. Les professionnels qui songent à développer leur carrière, et qui souhaitent un parcours professionnel classique (travailler dans un bureau de 9h à 17h) ont intérêt à se localiser dans une ville de cette région, et à payer le prix d’une localisation centrale.
  2. Ceux qui exercent un métier nécessitant un contact continu avec la clientèle (commerçant, restaurateurs, administration publique) ont aussi besoin de se localiser au plus près de ces villes. Leur budget plus limité les oblige à faire des choix: soit ils restent en ville et réduisent leur dépenses au minimum (logement plus petit, moins de sorties), soit ils trouvent un logement en banlieue ou dans un village à proximité, et viennent travailler en ville chaque matin, avec les inconvénients qui vont avec (bouchons sur la route, transports publics bondés etc.).
  3. Ceux qui exercent un métier nécessitant un contact avec la clientèle très sporadique (1-2 fois par semaine max.) peuvent décider de s’éloigner des villes principales et vivre et travailler dans une ville plus petite et moins chère.
  4. Ceux qui exercent un métier qui ne nécessite pas un contact direct avec la clientèle (par exemple, tous les métiers du web, les écrivains, les photographes), ainsi que les retraités, ont tout intérêt à faire du télétravail, quitter complétement cette région (en revenant juste de temps à autre pour faire du démarchage de clients) et partir s’installer dans un pays moins cher et avec un climat plus clément.

Calle_típica_Altea_AlicanteUn bon plan pour télétravailler: l’Espagne. (source image)

Et là on revient au discours précédent. Dans leur nouveau pays, télétravailleurs et retraités deviennent la nouvelle élite:

  • Ils gagnent moins que un travailleur de l’Europe Rhénane, mais plus que la moyenne des travailleurs locaux (grâce au décalage dans le coût de la vie des différents pays, un petit salaire en Suisse devient un grand salaire en Espagne).
  • Ils stimulent l’économie locale: le télétravailleurs et les retraités deviennent la clientèle privilégiée de toute une série d’entreprises (entreprises du bâtiment, commerces, restauration etc.)
  • Ils reproduisent en petit l’ensemble des inégalités qui ont laissé dans leur pays d’origine: en Suisse, une élite de riches expatriés se loge dans les meilleurs endroits; en Espagne, une élite de retraités et télétravailleurs suisses se loge également dans les meilleurs endroits.
Publicités

2 réflexions sur “La délocalisation individuelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s